Anna Dello Russo, la dernière sapeuse milanaise

Anna Dello Russo par Adam Katz Sinding pour 21ème

Faire de chaque apparition, un évènement. Anna Dello Russo est une sapeuse, une sapeuse milanaise. A 55 ans, l’editor at large du Vogue nippon a un des looks les plus pointus de l’industrie de la mode. Revendiquant à la fois théâtralité et esprit italien, un esprit lui permettant d’exprimer sa liberté tout en respectant les proportions, Anna est l’incarnation de cet art, la mode, à l’instar de sa prédécesseure et compatriote, Anna Piaggi. Cependant, elle a modernisé l’approche de Piaggi en y apportant une touche de sex appeal, de rigolo, de fou, tout en restant accessible et désirable. A la pointe, traditionnelle, romantique, testeuse de limites, amoureuse des combinaisons de matières, de superpositions et d’imprimés, Anna Dello Russo est un bonheur pour les street photographers parce qu’elle leur donne constamment de quoi se mettre sous la dent et octroie une sorte de prélude à la rue, parce qu’au fond c’est là que tout commence. Comme si, elle attendait une street validation, qu’elle savait que sa street crédibilité se jouait constamment avant chaque show. Le débat sur la photographie de rue prend tout son sens, il s’agit avant tout de photographier, non pas ce qui nous ressemble, mais ce qui nous semble beau, ce qui nous semble attrayant, intéressant, différent… Alors, ce constat me semble biaisé, car ce qui nous semble beau n’est-il pas la résultante de ce que la société nous dit de la beauté, du convenable, de l’éditorial ? Les fashion weeks n’excluent-elles pas, par nature, ce qui ne lui semble pas photogénique et/ou directement sorti des défilés de mode ou des magazines ? J’ai un immense respect pour ces photographes qui bravent les intempéries et qui rendent la mode vivante. La presse magazine doit prendre ses responsabilités, parce qu’elle mandate ces street photographers et donc, elle a un regard sur la parution des images. La diversité devrait être de mise, parce qu’elle est bénéfique pour tout le monde, à chaque fois et à chaque instant le but est d’être à l’affût de style aussi flamboyant qu’Anna Dello Russo. Ni plus, ni moins. Ni blanc, ni noir. Ni jeune, ni vieux. Ni fine, ni mince, le maître-mot est flamboyant. Je partage donc ce cri du coeur de la rédactrice mode afro-américaine, Lindsay Peoples. La photographie de rue appartient à la rue et la rue est l’endroit le plus démocratique au monde. Anna est l’essence même de la mode, pas un idéal, juste une philosophie prônant le vêtement comme mode d’expression. Elle incarne ce plaisir de s’habiller, ce plaisir de bien s’habiller qui lui n’est pas exclusif à un groupe. La mode devient alors un prétexte pour entamer une discussion avec nous. Anna continue à amorcer ce dialogue, en proposant à la vente sa collection personnelle et conséquente de fringues sur Net-A-Porter et donne ainsi la possibilité à ceux qui aiment discuter de la mode de pouvoir la porter et d’ainsi perpétuer sa flamboyance.

Le Power Suit à la Dua Lipa

IDGAF – Dua Lipa

Je ne pense pas qu’IDGAF soit la chanson du siècle, c’est peut-être même une chanson hyper banale, tellement ça sonne déjà-vu. Mais en 2018, et cela depuis quelques années, nous écoutons la musique avec les yeux, alors disons que le cahier des charges a été respectée. La vidéo comptabilise plus de 50 millions de vues sur YouTube. Pour arriver à ce résultat, la chanteuse britannique, d’origine albanaise, a fait appel à la crème de la créativité. Vous n’allez pas me dire que l’on ne sent pas la patte artistique de Mosaert et de la chorégraphe Marion Motin ? C’est simple, recherché, pop et arty. Réalisé par Henry Scholfield, Dua se bagarre avec Lipa dans un Power Suit. Le costume, ici accompagné d’une chemise raccourcie, est une pièce indémodable du dressing masculin-féminin. Le créateur d’Off-White, Virgil Abloh, l’a compris, les filles veulent le pouvoir et pour cela, rien de mieux qu’adapter des pièces du vestiaire masculin aux proportions féminines. Le génie de son styliste, Lorenzo Posococo, c’est d’avoir outrepassé l’étape quasi-inévitable de la chanteuse pop se muant en pop star sexualisée, en lui proposant une image proche de la guerrière des temps modernes. Le concept est fluide et presque révolutionnaire. Je veux dire par là que Stromae a toujours eu du flair. Au fond, IDGAF nous rappelle que tout le monde devrait avoir un Power Suit !

Pourquoi LVMH n’a pas pensé aux soeurs Olsen pour Céline ?

The Edit – Mars 2017

J’ai lu le tweet d’Emilia Petrarca et, j’avoue qu’elle a posé le doigt sur quelque chose. J’ai évité toutes les publications sur Céline et je ne m’attendais pas à une passation de poste aussi rapide. Hedi Slimane est sur toutes les lèvres, c’est invraisemblable. Je reste persuadée que personne ne peut mieux faire à Céline que Phoebe Philo. Personne. J’aime Hedi et tout ce qu’il a fait chez YSL, cependant tout semble tellement rock avec lui, si ajusté, si travaillé, si fatale, à des années-lumière de Céline, surtout de Phoebe. Je me suis posée de nombreuses questions depuis l’annonce en grande pompe du designer et photographe français qui a redonné une identité à YSL et qui a remodelé Dior Homme, quel est le plan derrière, pour de vrai ? Qu’est-ce que Hedi Slimane s’imagine faire chez Céline ? Repenser la direction artistique ou entreprendre des changements en douceur ? Va-t-il soudainement apprendre à appréhender la mode comme une femme ? Ca m’a tout l’air d’un casse-tête chinois, même pour lui. En même temps, vous allez me dire, c’était la décision de Phoebe Philo de quitter la direction artistique de la maison française, mais Hedi Slimane, ça ne sonne toujours pas juste. Je pensais être la seule et, apparemment non. La journaliste mode du New York Magazine et de The Cut, Emilia Petrarca, soulève le débat. Et si on avait une autre option, une option plus en accord avec l’ADN de la maison. Dans son papier,Oh mon Dieu, les soeurs Olsen devraient prendre le contrôle de Céline, elle fait une proposition saugrenue, mais une proposition tout de même et j’étais enchantée à l’idée que je n’étais pas la seule à penser qu’Ashley et Mary Kate Olsen feraient de très bonnes co-directrices artistiques. Il faut être aveugle pour ne pas remarquer à quel point elles seraient de très bonnes héritières. Pourquoi n’a-t-on pas pensé aux jumelles Olsen ? Il ne faut pas être devin pour comprendre qu’Hedi Slimane n’est pas à sa place. LVMH a fait un super coup de pub, mais la femme Céline n’a rien à voir avec la femme YSL. Il n’y a aucune similitude. Il ne s’agit surtout pas de comparer l’incomparable. Hedi a un CV qui cartonne, mais il ne peut pas être le sauveur que l’on attend, cette fois-ci. Les soeurs Olsen ont largement fait leur preuve. Leurs marques The Row et Elizabeth and James, prouvent au milieu de la mode qu’elles ont les cojones qu’il faut pour diriger une maison de renom. De plus, elles incarnent cette attitude normcore, ce style à la fois effortless et clairement de qualité. Du haut de leur un mètre cinquante, elles s’amusent avec les pantalons larges, les robes de bonnes soeurs et les sandales de moines qui font quatre fois leurs tailles et les sacs à main oversize de la marque. Avec un regard nouveau et avec tellement de respect pour le travail antérieur effectué, elles peuvent, sans nul doute, faire revivre l’esthétisme minimaliste propre à Céline et à la créatrice anglaise aux commandes depuis plus d’une dizaine d’années. Emilia et moi, pensons qu’elles en sont capables.

La sape avait un ambassadeur, il s’appelait Daniele Tamagni

Daniele Tamagni – Vogue.it

Je suis profondément touchée par la disparition du photographe italien Daniele Tamagni. 2017 nous a pris de nombreuses personnalités dont je respecte énormément le travail. Des gens qui avaient un regard ouvert sur le monde et sur les autres. Son livre Gentlemen of Congo est un classique du genre. Il a été, pour moi et pour beaucoup, l’incarnation de la tolérance, de l’humilité et du partage. Son travail parle de lui-même. Iconoclaste, coloré et rafraîchissant, Daniele n’a pas vulgarisé la sape, non, il l’a introduit au commun des mortels et l’a fait entrer dans la pop culture. Il a mis en avant une culture moquée, incomprise, souvent dévaluée par l’Occident et l’a, ainsi propulsée au rang d’art à l’état pur. Ses travaux ont inspiré des designers tels que Paul Smith, la chanteuse Solange Knowles, qui a fait appel à lui pour son clip, Losing You et attiré le regard de nombreuses publications mainstream sur le mouvement de la sape. Atteint de la leucémie, il continuait, malgré son état, à proposer de nouveaux projets, à exposer ses photographies et à voyager à travers l’Afrique et le monde, à la recherche de nouvelles formes d’expression de l’individualité. Daniele était un photographe passionné et passionnant. Sa mémoire et son travail témoignent de sa versatilité et de son amour de l’originalité. Ciao Daniele.