Saskia Diez, la cool joaillière munichoise, fait parler ses sons préférés

Pourquoi AWK Studio aime Saskia Diez ? La créatrice munichoise a une approche unique, rock et cool et cela se reflète dans son travail. Sans oublier qu’elle a choisi de rester fidèle à Munich alors que les loyers explosent, ça faut le faire et elle est en couple avec le designer industriel, Stefan Diez. Et le dernier fait mais pas des moindres, ses créations sont abordables ce qui les rendent d’autant plus cools. Saskia Diez a le don de faire aimer les bijoux à ceux qui n’en portent pas ou peu. Ses pièces intemporelles, minimalistes et extrêmement modernes en argent et or recyclés s’adaptent aux mouvements du corps sans se faire oublier. Fabriqués mains, ses créations sont irrévérencieuses et originales. La munichoise ose les combinaisons folles et propose des boucles d’oreilles en cuir doré et argenté, d’autres inspirés par les Kayapo, un peuple indien du Brésil, dans la collection Mighty, des créoles aériennes en perles, plus communément surnommés néo-créoles, des ear cuffs siglés amour et plein de bagues fines en or fin. Son style est unique. Avec une marque qui décolle, l’artiste et maman, met Munich sur la liste des endroits les plus cools d’Europe à visiter. Saskia propose une compilation des morceaux qu’elle écoute dans son atelier et, ailleurs. Quand on lui a demandé si elle pouvait nous faire une playlist, Saskia a répondu favorablement et a précisé :  » Quand j’aime un album, je peux l’écouter en boucle. C’est pour cette raison qu’il y a dans cette playlist trois morceaux du dernier album de St Vincent « . Une lettre d’amour pour tous ces artistes. Passionnant.

Crédits : Saskia Diez

1 – LOS AGELESS / St Vincent : J’ai rencontré Annie Clark, il y a deux ans, au Grand Palais à Paris, pendant le défilé Chanel. Elle était en compagnie de Cara Delevingne qui participait au show. J’avais une terrible envie de la voir en personne. Je lui ai demandé si je pouvais faire une photo avec elle, elle a accepté et je lui ai également dit que j’étais une grande fan de sa musique. Elle se tenait devant moi, elle est si petite. Si petite et si forte. Cette chanson est géniale. J’aime le rythme. Elle a une cadence plutôt rapide. Et, bien sûr, j’aime les paroles. 2 – HAPPY BIRTHDAY JOHNNY / St Vincent : Il y a beaucoup d’intimité dans celle-ci. Tellement de luttes et de chagrin. Tellement de beauté aussi, parce que ça semble assez réel. 3 – SMOKING SECTION / St Vincent : J’aime beaucoup celle-ci. Elle est un peu comme une sorte de dialogue interne avec mon côté obscur. J’apprécie les paroles de toutes ses chansons. Parfois, je me sens comme une mer intérieure, trop grande pour être un lac et trop petite pour être une attraction. Sombre et imposante. 4 – DOING IT TO DEATH / The Kills : Je suis partie voir The Kills durant leur Ash & Ice Tour en automne, l’année dernière. J’aimais déjà cette chanson, mais voir Allison Mosshart la chanter sur scène c’était encore mieux. L’ambiance était riche en émotions et, pas seulement du point de vue des paroles. Je me suis achetée le t-shirt du groupe avec dessus, le titre de cette chanson. Je ne suis généralement pas le genre de filles qui portent le t-shirt de son groupe préféré, mais celui-ci, je l’aime bien et je le porte souvent. 5 – HOW I THINK OF YOU / Malakoff Kowalski : C’est une chanson parfaite pour les gens amoureux. Quand j’ai découvert cet album, je la mettais assez souvent dans le studio et tout le monde a commencé à fredonner, surtout celle-ci. Tu ne peux pas ne pas la fredonner. Même mon petit garçon la fredonne. Une fois, je l’ai enregistré murmurer les paroles sans connaître un seul mot d’anglais, mais il aime ça et il me demande parfois s’il peut encore l’écouter. J’ai envoyé ce petit enregistrement à Malakoff Kowalski. 6 – GOLDBERG VARIATIONS, BWV 988 : ARIA / Johann Sebastian Bach, Igor Levit : Il y a plus d’une année, une personne à qui je tiens énormément m’a offert une place de concert d’Igor Levit comme cadeau d’anniversaire. Le concert avait lieu un dimanche matin, deux jours après mon anniversaire. Je venais de passer des moments assez compliqués et la beauté de la musique m’a émue aux larmes. Je m’y suis rendue seule. Je n’avais pas de mouchoir pour les essuyer et je n’ai pas osé demander à la dame assise à côté de moi, une actrice habillée en rose vif de la tête aux pieds, que je ne connaissais pas personnellement. Peu importe, cette musique est un parfait et agréable compagnon quand je travaille à l’atelier, un dimanche. 7 – CONDOLENCE / Benjamin Clementine : Une de mes personnes préférées, l’assistante de mon équipe, est allée voir Benjamin Clementine en concert. C’est une grande fan. Nous écoutons souvent sa musique quand nous travaillons sur la collection. C’est drôle comment on peut se sentir lier à une personne juste en écoutant la même musique. Vous pensez que vous ressentez exactement la même chose et peut-être que c’est le cas et peut-être que non. 8 – LE TEMPS DE L’AMOUR / Françoise Hardy : Cette chanson est dans une merveilleuse scène d’un de mes films favoris, Moonrise Kingdom. Ils mettent le disque et commencent à danser et à s’embrasser.  En grandissant, on comprend un peu mieux la musique et ce que signifie réellement le premier amour, toutes ces premières expériences. Le rythme change quand on danse dessus, on ressent immédiatement ce sentiment étrange même avec des gens que l’on connaît à peine. 9 – GIRL LOVES ME / David Bowie : Cet album a, pour moi, introduit 2017. Je l’ai écouté en boucle pendant des semaines et la synchronisation étrange avec la mort de David Bowie, l’a bien sûr lourdement chargé. Bien sûr que la mort est une chose naturelle, mais lui mourir alors qu’il a toujours été là d’une certaine manière, me paraissait impossible à concevoir. 10 – TRAVELING LIGHT / Leonard Cohen : Un autre album apparu brièvement avant la mort d’un artiste que j’adore. Sa musique m’a été présentée par une dame qui détenait un atelier dans lequel j’ai été formée au métier d’orfèvre après avoir fini mes études. Je me souviens très bien comment elle retenait ses larmes à chaque fois que quelqu’un mettait ce morceau. C’était une femme âgée, issue de la fameuse génération 68 et je pense que c’était parce qu’elle se sentait seule, qu’elle était angoissée à l’idée de rester seule et de ne plus pouvoir entendre quelqu’un lui dire ces mots.

Le mix de Perebisou

Adidas Original X Urban Outfitters

Difficile de ne pas remarquer son crâne rasé et son style garçon manqué, Perebisou est là, elle rit au milieu de son clan. Pour AWK Studio, elle a pris les choses en mains et propose un mix à son image. Une playlist pour le week-end. On trouve tout ce qui a marqué son adolescence et sa jeune vie d’adulte, de Coldplay en passant par TLC et de la bonne rumba congolaise en hommage à son père. Elle exprime, à travers la musique, sa joie de vivre, son amour pour les siens et son mood du moment. Pour en savoir plus sur Stencia Yambogaza alias Perebisou, je vous invite à lire son interview, Stencia Yambogaza / Rencontre avec une passionnée qui fait rimer danse et photographie. Membre charismatique de la House of YAMAMOTO, elle a participé au spot viral d’Adidas Originals x Urban Outfitters et est photographe de la série « Beautiful People : What Is Beauty ?« . La jeune fille de 23 ans explique les raisons qui l’ont poussé à faire ce choix : « Je ne cherche aucun lien dans les sons ci-dessus. En vrai, c’est juste l’occasion de chiller ensemble sur des sons qui font du bien à mes oreilles et qui me rappelle de bons souvenirs. Vualaaan ». Enjoy.

Je vais commencer la playlist en douceur avec…1 – SELF LOVE /Jaguar Wright : C’est un son qu’on devrait tous écouter au moins une fois par jour, juste histoire de se rappeler l’importance de l’amour-propre. Parce que c’est bon, et que ça fait du bien au corps et à l’esprit. Et aussi parce que la voix de Jaguar Wright est sublime ! Ensuite, petit changement de fréquence avec… 2 – VITA IMANA / Wenge Musica Maison Mère : En souvenir de mon enfance, et surtout en souvenir de mon père. Cette chanson, c’est ma base. On poursuit avec… 3 – THE PROUD FAMILY / Destiny’s Child : Nan mais qui se souvient du dessin animé « The Proud Family » qui passait au début des 00’s sur Disney Channel ?! En fait, rien que le générique, il te met en bombe, c’est trop ! Quand ils ont arrêté ce dessin animé, je me suis tellement sentie trahie (oui rien que ça). Ensuite, ensuite… 4 – SPACE COWBOY / Jamiroquai : LA BASE. Quand j’écoute les sons de Jamiroquai, je repense à mon enfance : Valence, le soleil, le centre-ville et les tour de manèges les week-ends, les balades à vélo dans les champs, les coquelicots et les glaces à la vanille, toute la ville dehors en l’été ’98… C’était doux. Jamiroquai, c’est tous les jours qu’il faut l’écouter. Sans exception. On continue hein… 5 – DEPORT THEM / Sean Paul : Smoothgang, je suis obligée. Ce son, c’est une grosse dédicace à mes potes, ils se reconnaitront. Et puis euh… 6 – ALWAYS LOVE / Nada Surf : L’adolescence, ma meilleure pote de l’époque Wendy, ma dégaine de grunge ratée. L’adolescence et les questions qu’on se pose toute la nuit (ah bon, j’étais la seule à faire ça ? Ah ok, bah déso), le malaise existentiel, le « personne ne me comprend »… Ahah, c’était cool. On reste dans la lancée… 7 – CLOCKS / Coldplay : Ce groupe, c’est toute mon adolescence. Ils m’ont permis de rêver, de m’évader, de déprimer parfois (eh ouais, tu connais l’adolescence), de me trouver. Coldplay c’est la BASE. Ça devient difficile de choisir… 8 – COME AWAY WITH ME / Norah Jones : La calme après la tempête. Je l’écoutais tous les soirs avant de dormir.  Vraiment, c’est pas simple… 9 – PLACE 54 / Hocus Pocus : J’ai écouté toutes leurs chansons. Toutes, sans exceptions, partout, et ceci pendant des années durant. Allez, on finit comme ça… 10 – NO SCRUBS / TLC : Parce que c’est le tout premier CD qu’on m’a offert. La base.

Kiti Makasi, le design selon Sandrine Ebene de Zorzi

Je ne voulais pas écrire un truc passe partout sur Sandrine Ebène de Zorzi. Je lui ai soumis l’idée d’une playlist, elle a adoré. Créatrice du label Ebène Sand, cette ébéniste franco-congolaise hors pair m’avait déjà ouvert les portes de son atelier dans le quartier Belleville à Paris. Sandrine y mêle design occidental et ressuscite les savoir-faire africains. Elle m’avait présenté avec fierté sa chaise, surnommé en lingala « chaise forte », Kiti Makasi, faite en partenariat avec l’ancien ébéniste de Mobutu. Elle m’avait énuméré les bois qu’elle utilisait : le tola, l’iroko, le wenge… et chacune de leurs spécificités.

@ebenesand

Nous avions longuement discuté sur les conséquences de la déforestation sur l’écosystème, sur son amour du bois et les nombreuses richesses pillées de son pays d’origine, la République démocratique du Congo. Je buvais ses paroles. Sandrine est d’une douceur et je vous avoue que je m’attendais à une playlist plus paisible, non, elle est tout en contradiction, à la fois : révolutionnaire, poétique et féministe, comme elle, en fait. Ce sont les morceaux qu’elle écoute quand elle bosse sur ses chaises, quand elle a besoin d’inspiration ou tout simplement pour décompresser. Je trouve que c’est une façon originale de rentrer dans son univers.

1 – UNDER PRESSURE / David Bowie :  » Cette musique me donne envie d’aller plus loin, d’avancer sans cesse. » 2 – MY FAVORITE THINGS / John Coltrane : « Elle m’inspire énormément et m’apaise. » 3 – WOMAN / John Lennon :  » Cette chanson est pour toutes les femmes qui donnent de l’inspiration aux autres. Pour moi, elle me réconforte et être femme et mère, me donne de la force et me rend fière. » 4 –  BY YOUR SIDE / Sade :  » Me fait penser à ma fille merveilleuse, intelligente, qui est (à mes côtés) chaque jour, qui m’inspire, et m’aide énormément dans mon travail et je lui en suis reconnaissante. Comme dit la chanson ( You know me better than I – Tu me connais mieux que moi-même). » 5 – LIBERIAN GIRL / Michael Jackson : « Juste parce que c’est Michael ! » 6 – PITIE  / Tabu Ley Rochereau : « Un rappel aux origines, la rumba congolaise me transporte… » 7 – PLUME / Nekfeu : « Être contemporain autant qu’intemporel… une plume, légère et forte en même temps… » 8 – MARIO (Ok Jazz) / Franco : « La base… » 9 – AIN’T GOT NO, I GOT LIFE / Nina Simone :  » Nina, my role model, ma muse… » 10 – DNA / Kendrick Lamar :  » ADN… Ce personnage est juste rempli de talent ! Un autre modèle. » Juste une petite dernière pour la route… BONUS : PERFECT DAY / Lou Reed

L’oiseau rare, Lydie La Peste

J’ai rencontré Lydie Alberto alias Lydie La Peste à  La Colonie, à deux pas de la Gare du Nord, dans le cadre d’un entretien pour i-D France. Elle était en compagnie de Carmel Loanga, une de ses acolytes de Swaggers, un collectif de danse exclusivement féminin créé par la chorégraphe Marion Motin. Son attitude m’avait complètement ému dans Kamelemba, la vidéo afro-futuriste réalisée par Chris Saunders pour la chanteuse malienne, Oumou Sangaré. J’ai appris qu’en plus d’être une danseuse professionnelle, Lydie est également une chanteuse incroyable. J’ai été subjuguée par sa voix douce qui dégage un certain romantisme à des années-lumière de son style androgyne. Lydie La Peste est un oiseau rare qui écume les scènes underground de la capitale donc il me paraissait tout à fait naturel qu’elle inaugure la première playlist d’AWK Studio.

@gaelrapon

Je rencontre beaucoup de gens et je suis toujours intriguée par ce qu’ils peuvent raconter. Autour d’un verre, nous avions longuement échangé sur ces influences musicales qui l’ont forgées en tant qu’artiste, en tant qu’afro-descendante et en tant que femme. Lydie ne sait plus trop quand elle a commencé à chanter : « Ma grand-mère m’appelait « Orchestre » quand j’étais petite donc j’ai fait du boucan très tôt », se remémore-t-elle. De Mariah Carey en passant par le légendaire Mario de Franco et la bonne soul des années 90 début 2000, Lydie a sélectionné dix morceaux qui l’ont guidé et qui lui ont donné le désir de poursuivre une carrière artistique. Certes, je m’attendais à retrouver du Lauryn Hill et/ou du Missy Elliott mais j’ai été surprise de redécouvrir des perles dont j’avais oublié l’existence. Lydie La Peste a bien voulu nous donner un aperçu de son univers éclectique, une playlist à la hauteur de sa singularité. Pour les curieux, elle sera en concert à l’un des spots les plus cools de Paris, au Hasard Ludique, le 29 septembre prochain. Enjoy.

1 – THE ROOF / Mariah Carey : « Mariah m’a appris à chanter en anglais quand j’étais ado. J’avais un cahier où je traduisais ses morceaux et j’essayais de les chanter tout comme elle. » 2 – WINDOW SEAT / Erykah Badu : « Je voudrais être comme elle quand je serais grande sur scène comme dans la vie… son spirit, sa générosité. J’aurais aimé avoir ses mots pour régler certaines de mes relations. » 3 – ASSISE / Camille : « L’une des seules artistes françaises dont je kiffe l’univers. » 4 – WATER NO GET ENEMY / Fela Kuti : « Mon premier gros contrat en tant que professionnelle, j’ai dansé et chanté dans la comédie musicale Fela! à Londres où j’ai fait la connaissance de ce grand monsieur. » 5 – MARIO / Franco : « CLASSIC SHIT dans ma famille. On ne peut naviguer dans la vie musicale sans avoir des bases solides… Un classique de la rumba congolaise. Dédicace aux anciens et à la famille. » 6 – BITCH DON’T KILL MY VIBE / Kendrick Lamar : « Kendrick reigne dans l’ère 5000 après J.C… Merde, on est en 2017… Il est trop loin dans le game. Inspirant, il me pousse à voir mes morceaux plus loin que les mots, leur portée, le rapport à l’image… » 7 – VIDEO / India Arie : « Quand on est ado ou jeune adulte, on est bête. On se sent pas bien dans son corps. On se pose pleins de questions puis India Arie arrive avec ce track et tu te mets un crop top en hiver avec une brioche en guise de ventre en marchant la tête haute BECAUSE I AM A QUEEN #selfesteemisthekey » 8 – ALL NIGHT / Beyonce : « Beyonce mis tout le monde d’accord au Stade de France. Première fois que je vais au stade pour un concert. Première fois que je vais la voir en concert. Ce n’est pas Queen Bey, c’est une machine de guerre, indestructible… » 9 – CRANES IN THE SKY / Solange : « Quand ça va bien. Quand ça va pas. Quand on fait ses abdos. Quand on fait les courses. Quand on fait le ménage. Quand on sexe aussi… Un track multifonction que je saigne depuis qu’il est sorti et jusqu’à aujourd’hui (attends je le réécoute pour voir..?!) » 10 – NO ROOM FOR DOUBT / Lianne La Havas : « J’aurais voulu que ce track soit le mien… No room for doubt de Lydie La Peste. »